Newsletter

, votre souscription a été traitée.

Le travail de recherche et de commissariat en collaboration avec Elías Querejeta Zine Eskola, Tabakalera et la Filmothèque basque garantira la conservation et l'accès aux fonds documentaires du festival

Le Festival de Saint Sébastien en collaboration avec le domaine de recherche d’Elías Querejeta Zine Eskola (EQZE), le Centre international de culture contemporaine Tabakalera et la Filmothèque basque a créé le projet Zinemaldia 70. Todas las historias posibles (toutes les histoires possibles) pour créer des archives vivantes du Festival, dont la première phase aboutira lors de sa 70ème édition, en 2022.

La proposition souligne l’importance des fonds documentaires du Festival (lettres, photos, critiques et articles de journaux, magazines, livres...), pour créer des collections numérisées et en libre accès en ligne. Elle favorisera par ailleurs le dialogue entre ces matériaux et la création cinématographique contemporaine. L’objectif de ce projet dans lequel sont impliqués des enseignants et des élèves de l’EZQE est de créer un espace de réflexion et de débat autour du passé, du présent et de l'avenir du Festival.

       

Methodology of the project

Le travail se déroulera dans deux espaces : au dépôt de Martutene, où sont actuellement installés et rangés les matériaux et à Ubik, où ils seront examinés, inventoriés et catalogués, pour garantir leur conservation et les conditions d'accès au public. Des itinéraires permettront de consulter les fonds et les matériaux pourront être localisés par années, mais également par sujets ; par exemple « les effets de la transition sur le Festival », « la violence politique dans le cinéma basque et espagnol », « les Ikuskas et la tentative de cinéma national basque », « la création de Kimuak »...

Il existera deux lignes de travail simultanées et reliées entre elles ; d’une part, la création de matériau de recherche - articles académiques, présentations dans des congrès, projets éditoriaux propres, séminaires... - destinée aux chercheurs, et, d'autre part, la diffusion des résultats et la création de contenus destinés à un public plus large. Les conclusions des recherches seront rendues publiques tous les ans sous forme d’expositions, de publications ou de programmes de projections. Nous projetons d’organiser des cycles accompagnés de matériaux de divulgation qui proposeront des dialogues critiques entre les films programmés lors d’éditions précédentes du Festival, le contexte cinématographique, social ou politique de ceux-ci et les films contemporains.

La mémoire du Festival n'est pas seulement composée des fonds catalogués par son équipe ces 65 dernières années, elle se trouve également dans les matériaux que les cinéphiles conservent jalousement depuis sa création. Nous envisageons donc à l'avenir de lancer un appel aux citoyens pour les inviter à contribuer en apportant des documents liés au Festival.