Newsletter

, votre souscription a été traitée.

Elías Querejeta Zine Eskola se présente à Madrid

Étaient présents à cet acte nombreuses personnalités de divers secteurs du monde du cinéma et médias

15/09/2017

Le directeur de l’école, Carlos Muguiro, a affirmé que « EQZE est un projet qui étend le concept de cinéaste à ceux qui travaillent le présent, le passé et l'avenir du cinéma»

Un programme d’activités autour du patrimoine audiovisuel domestique et un séminaire international sur le cinéma sont quelques-unes des propositions pour inaugurer en octobre l'activité publique de l’école

Le Cine Doré (Filmothèque espagnole) a accueilli ce matin la présentation d’Elías Querejeta Zine Eskola à Madrid, qui a dévoilé les bases de fondation du centre international recherche, innovation pédagogique et expérimentation cinématographique créé et financé par le Conseil Provincial de Gipuzkoa.

En compagnie du Conseiller du Conseil Provincial de Gipuzkoa en charge de la culture, Denis Itxaso, et des responsables des trois autres institutions qui participent à la conceptualisation du projet : Joxean Fernández, directeur de Filmoteca Vasca ; Ane Rodríguez, directrice du projet culturel de Tabakalera ; et José Luis Rebordinos, directeur du Festival de Saint Sébastien ; le directeur d’EQZE, Carlos Muguiro, a déclaré devant les près de 150 participants qu’ « actuellement les manières de faire et de voir se sont tellement transformées qu’il semble nécessaire d’imaginer de nouvelles approches à la formation cinématographique, loin de l’urgence de faire des films, et ouvertes au besoin de faire du cinéma : penser, toucher, préserver, restaurer, imaginer, sentir, revoir, programmer, rappeler, remonter, garder, projeter... ».

Les nombreuses personnalités du monde du cinéma comme Gracia Querejeta, Montxo Armendáriz, Jonás Trueba, Fernando Franco, Félix Viscarret et Sergio Oksmanont pu connaître tous les détails concernant les trois études de troisième cycle (Archives, Commissariat et Création), ainsi que la structure du projet pédagogique de l’école dont la première année d'enseignement démarrera en septembre 2018. Concernant les lignes consacrées à la recherche et la divulgation, il a été rappelé qu’EQZE va travailler en collaboration avec l’Instituto Internazionale Andreij Tarkovskij pour la recherche, la restauration et la diffusion des enregistrements de 90 heures inédites de leçons de cinéma données par Andréi Tarkovski et découvertes en début d'année ; d’autre part, que le domaine en rapport avec la divulgation, responsable de donner forme à l’ouverture publique du centre, tournera autour d’une programmation d'activités visant à revaloriser le cinéma domestique, qui aboutira sur un séminaire international sur l’idée de l’anonymat et l'exploration du cinéma amateur, les films « sans noms », et le concept d’auteur.

Pour le Conseiller du Conseil Provincial de Gipuzkoa en charge de la culture, Denis Ixaso « nous espérons que ce projet sera le germe d’une culture et d’un cinéma de nouveaux créateurs et professionnels, de films et d'œuvres audiovisuelles créées pour nous divertir et nous émouvoir. C'est la contribution que nous attendons de l’EQZE, la promotion et le développement de professionnels et d'œuvres qui représenteront pour leur époque ce qu’Elías Querejeta fut pour la sienne et qui permettront de donner à Gipuzkoa sa place d'agent qualifié dans ce domaine, parce que nous croyons que la culture, le cinéma et la création audiovisuelle enrichissent la société à tous les niveaux ».

L’école des trois temps du cinéma

EQZE imagine un seul cinéma mais envisage de nombreuses manières d’être cinéaste. C'est pourquoi l’école est conçue sur un seul et unique projet pédagogique, tracé par trois itinéraires individuels pour chaque élève : Archives (études du classement, la restauration et la conservation du patrimoine cinématographique et audiovisuel), Commissariat (études sur la conceptualisation et le développement de projets de conservation d'œuvres cinématographiques et audiovisuelles) et Création (études sur la création de films, basées sur la pratique expérimentale et la recherche d’une voix cinématographique propre). Muguiro a à ce sujet tenu à souligner que « EQZE est un projet articulé autour de l'idée d’étendre le concept de cinéaste à ceux qui travaillent le présent, le passé et l'avenir du cinéma ». « Il s'agit des arts des trois temps du cinéma », a-t-il ajouté.

Le programme d’enseignement de chacun des trois itinéraires est divisé en trois domaines (le domaine pédagogique, les stages professionnels - qui se dérouleront dans les divers départements de Filmothèque basque, Festival de Saint Sébastien et le projet culturel de Tabakalera - et le projet personnel) qui combinent la réflexion, l'expérience vécue du fait cinématographique, le contact direct avec le monde professionnel et la pratique expérimentale. Ane Rodríguez a situé dans cette démarche la relation du projet culturel de Tabakalera avec EQZE, dont l'arrivée, a-t-elle indiqué, « représente l’entrée d’un nouvel allié avec lequel nous pourrons stimuler la création contemporaine en partant de la recherche de nouveaux langages et la pratique de nouvelles pédagogies ».

L’année démarre tous les ans le même jour que le Festival de Saint Sébastien, la troisième semaine de septembre, et prend fin en même temps que le Festival, l'année suivante. Concernant son implication dans Elías Querejeta Zinema Eskola, José Luis Rebordinos a assuré que « le Festival doit communiquer aux élèves de l’école une attitude de construction permanente, tout comme l’école doit remettre le Festival en question et l'aider dans sa réflexion et sa transformation ». Les deux festivals qui encadrent l’année, l’un au démarrage et l’autre à la fin, origine et destination d’EQZE, font partie des éléments qui confèrent son extraordinaire singularité à cette école.

Le délai d'inscription s’ouvrira dans les semaines qui viennent et le prix de l’inscription sera de 3500 euros. Les places sont limitées à 45 étudiants maximum.

Projets de recherche

L’inculcation d’habitudes de recherche est une part fondamentale de l’identité de l’école. Créer et transmettre de la passion pour le « non savoir » (et le désir d'explorer de nouvelles voies scientifiques, créatives, sociales et intellectuelles en rapport avec le cinéma) est, dans le cas d’EQZE, inséparable de la transmission du savoir cumulé. « La recherche est pour Elías Querejeta Zine Eskola une manière d’être dans le cinéma », a déclaré Carlos Muguiro, « une véritable méthodologie de travail du ressort de l’élève, des professeurs et des professionnels ».

C'est précisément dans cette optique que se situe le projet intitulé « Les leçons perdues de Tarkovski » projet dans lequel s'est embarquée EQZE avec l’Instituto Internazionale Andreij Tarkovskij de Florence après l'extraordinaire découverte dans les archives de l’une de ses plus proches collaboratrices des enregistrements de 90 heures de leçons de cinéma données par Andréi Tarkovski à l’école de cinéma de Moscou.

Elías Querejeta Zine Eskola participera à la recherche, la restauration et la diffusion de ces enregistrements sonores qui vont de 1975 à 1981, des cours dans lesquels le cinéaste aborde un très large éventail d’arguments sur la profession du cinéaste avec des questionnements esthétiques, éthiques, philosophiques ou psychologiques qu’il fait alterner avec des réflexions sur la théorie et la pratique cinématographique, entre autres choses.

EQZE sera la seule institution d’Espagne à participer à cet événement et le fera en diffusant ce matériel lors de plusieurs journées spéciales.

Exploration autour du cinéma amateur et anonyme

À l’occasion de la Journée internationale du cinéma domestique (21 octobre) et de la Journée internationale du Patrimoine audiovisuel (27 octobre), l’école deviendra un espace de réception de matériel de nature amateur sur divers supports qui seront examinés, contrôlés, et, éventuellement, numérisés pour être mieux conservés en collaboration avec la Filmothèque basque qui s'est jointe à ces événements puisque, comme a tenu à l'expliquer Joxean Fernandez « la conservation est une question de passé et d'avenir, de véritables lieux de mémoire et d’art qui nécessitent une formation spécifique rare et une transmission presque rituelle pour laquelle il est indispensable de créer des espaces et des temps ». Le matériel sélectionné sera projeté au cours de ces journées, prévues les 20 et 21 octobre dont nous présenterons dans les semaines à venir le programme complet des activités.

Cette programmation avec laquelle EQZE souhaite lancer son activité en transmettant à la société l’importance anthropologique, culturelle et artistique de ce patrimoine sera complétée la semaine suivante (26, 27 et 28) d’un séminaire international intitulé Histoires (et esthétiques) du cinéma anonyme qui tournera autour de l’idée de l’anonymat et de l'exploration du cinéma amateur, les films « sans noms » et le concept d'auteur qui sera présente dans les semaines à venir. Le séminaire réunira des spécialistes, des conservateurs, des artistes visuels, des cinéastes et des étudiants qui travaillent sur le cinéma orphelin et les secrets des archives. Toutes les séances sont conçues comme des séances mixtes avec des conférences illustrées de brèves projections.

Cliquez pour voir plus de photos (Pedro P. Jiménez)