Newsletter

, votre souscription a été traitée.

EQZE met en lumière les leçons perdues du Tarkovski

Le 6 décembre aura lieu à Tabakalera la première séance du programme qui dévoilera documents eta archives inédits

29/11/2017

 

Le 6 décembre aura lieu à Tabakalera la première des séances qui combinera l’écoute d’une première sélection des cours inédits donnés par le cinéaste avec d’autres interventions artistiques en rapport avec son œuvre.

Le fils d’Andréi Tarkovski, Harkaitz Cano, Xabier Erkizia, Ángel Gutierrez, Menchu Gutiérrez, Ruxandra Kyriazopoulos-Berinde et José Manuel Mouriño participeront à cet événement.

Elías Querejeta Zine Eskola reprendra son programme public le 6 décembre prochain avec la première séance consacrée à la récupération des leçons de cinéma données par Andréi Tarkovski en divers points de l’Union Soviétique, de 1975 à 1981 Il s’agit d’un matériel d’une extraordinaire valeur, composé de près de 90 heures d'enregistrement sonores qui a été découvert dans les archives personnelles de Masha Chugunova, qui a accompagné le cinéaste pendant des années dans ses cours et conférences.

Dans la même mesure qu’il s’agissait pour lui d’une question fondamentale, Tarkovski a consacré une partie importante de sa carrière à aider d’autres dans leur recherche de compréhension de ce qu’il considérait comme essentiel dans l’Art cinématographique. Il l’a fait au travers de ses films, mais également d’une manière spécifiquement pédagogique, au cours de leçons et de conférences dans lesquelles il montrait comment voir le cinéma et comment le créer. Même si la transcendance de ses écrits théoriques (de nature pédagogique bien souvent, et seulement partiellement diffusés grâce à des publications comme Esculpir en el tiempo) est aujourd’hui évidente, il n'existe pas d’étude concrète abordant et présentant de manière large son travail en tant que maître du cinéma.

La découverte récente de ces archives à Moscou est une opportunité unique pour tenter de corriger cette lacune. C'est ainsi que l’on vu l’Institut international Andréi Tarkovski et EQZE qui - aux côtés d'autres institutions européennes - ont mis en marche un vaste projet qui porte sur la restauration, l’étude et la diffusion du contenu de ces anciens enregistrements.

Méthodologie du projet

Par des rencontres successives, le public participant aura l’opportunité exceptionnelle de participer en tant qu’auditeur aux leçons de cinéma d’Andréi Tarkovski. Ces séances ne se limiteront pas seulement à l’écoute de ses enregistrements. Même si le contenu des enregistrements restaurés définira les caractéristiques des rencontres, chacun d'entre eux est formulé comme des expériences ou des cas d’études indépendants. C'est ainsi que le projet sera composé d’une série d’approches des leçons de Tarkovski, au cours desquelles des professionnels, des artistes et des spécialistes proposeront une analyse parallèle des idées et relations formulées par le cinéaste soviétique. De la même manière, ce matériel sonore inconnu jusqu’ici sera accompagné de la présentation et l'analyse de nombreux autres documents et images d'archive inédits qui permettront de détailler le processus créatif du réalisateur. L’objectif est de faire en sorte que la transmission de la connaissance provienne non seulement du contenu auquel l’auditeur accède par les enregistrements récupérés, mais également au travers de l’événement dans lequel l’écoute est organisée.

Pour la première des séances qui composent le programme (se reporter au programme), nous insisterons plus particulièrement sur son œuvre intitulée Le miroir (Zérkalo, 1975). Le public participant pourra écouter le cinéaste aborder plusieurs aspects du processus de création de ce film : l’origine du projet, les conséquences de sa nature biographique, la relation avec les acteurs, l’écriture du scénario... Tarkovski aborde par ailleurs des questions comme la responsabilité éthique de l'artiste, les détails du travail de cinéaste étudiés au travers d’autres arts du même domaine comme la peinture, la littérature ou la musique ; l'analyse de certaines des caractéristiques principales d’autres cinéastes qu’il admirait comme Robert Bresson, Luis Buñuel, Aleksander Dovjenko, Michelangelo Antonioni ou la relation complexe entre la réalité et la fiction dans les œuvres cinématographiques.

Programme de la première journée

Pour cette première journée nous compterons sur la participation d’Andréi Andréievich Tarkovski, fils du cinéaste et président de l’Institut international qui porte son nom, qui apportera son opinion et son expérience au sujet de la vie et de l'œuvre de son père. Il évoquera par ailleurs divers matériaux de travail appartenant aux fonds des archives de l’Institut qu’il préside et qui pour la première fois pourront être étudiés en public. Il sera accompagné de l'architecte Ruxandra Kyriazopoulos-Berinde, auteur d’une thèse qui explore les relations entre l'architecture et le cinéma d’Andréi Tarkovski qui établira, au moyen d’un plan situé dans la Sala Z de Tabakalera de la dacha (maison de campagne) dans laquelle se déroule une partie de LE miroir les possibles dialogues et métaphores que le cinéaste a définis entre l'espace physique et le langage cinématographique ; José Manuel Mouriño, auteur d’essais, cinéaste et représentant de l’Instituto Tarkovski en Espagne et l’un des chercheurs des enregistrements audio récupérés ; Ángel Gutiérrez, directeur de la compagnie Teatro Chejov et proche collaborateur de Tarkovski sur le tournage de ce film ; Menchu Gutiérrez, romancière, poète, essayiste et traductrice de Joseph Brodsky ; Xabier Erkizia, musicien et artiste sonore qui a créé une installation audiovisuelle à partir de la bande audio du film ; et Harkaitz Cano, scénariste, essayiste et écrivain qui ecrirá une lettre a au cinéaste.

La journée sera complétée avec la projection de L'argent (1983), l’un des titres les plus connus de la filmographie de Roberto Bresson, et film avec lequel le cinéaste français a obtenu le prix du meilleur réalisateur au Festival de Cinéma de Cannes en 1983, récompense qu’il a précisément partagé avec Andréi Tarkovski (admirateur du cinéma de Bresson) pour Nostalgie (Nostalghia).